logo Slowy

Le coton recyclé : une alternative écologique au coton

Le coton conventionnel appartient à la famille des fibres textiles naturelles, cependant c’est l’une des industrie les plus polluantes du monde à cause de sa consommation d’eau et de pesticides qui est excessive pour permettre un rendement important.
Heureusement, des alternatives ont été trouvées : le coton biologique ainsi que le coton recyclé.
Recycler un vêtement, c’est lui donner une seconde vie en économisant les ressources naturelles et en utilisant moins de produits chimiques.
Coton

Définition et mode de fabrication du coton recyclé 

Le recyclage du coton permet de fabriquer de nouveaux vêtements sans besoin de cultiver à nouveau la matière première (coton conventionnel). En termes de bilan écologique, celui du coton recyclé est bien plus faible que le coton classique, tout comme le coton biologique qui implique une production sans pesticides ni autres solvants nocifs.

D’autres matières naturelles, si elles sont cultivées de manière biologique et dans le respect des éco-systèmes, sont également éco-responsables : le lin, le chanvre, la soie

Comment le coton est-il recyclé ? 

Les vêtements sont généralement laissés chez des associations de dons comme Emmaüs. Lorsque certains textiles sont en trop mauvais état pour être donnés, ils sont envoyés au recyclage. Les fibres sont alors broyées pour recréer un tissu suite à un processus de filage.
Bon à savoir
Le recyclage mélange souvent différentes matières de fibres textiles, notamment car le coton recyclé peut avoir une durée de vie moindre : le mélange à d’autres matières plus résistantes permet de faire perdurer le vêtement recyclé dans le temps.

Il existe d’autres méthodes pour recycler le coton. On peut récupérer les chutes de coton des ateliers : qu’on produise une chemise, un t-shirt, une robe ou un pantalon, des bandes de tissus sont découpées et tombent lors de la découpe. Pour éviter que ces dernières soient jetées, il faut négocier avec les usines afin de les récupérer et broyer à nouveau la fibre pour créer de nouveaux vêtements.

Une troisième méthode, appelée l’upcycling, consiste à récupérer des mètres de tissus non utilisés dans les usines. Ce n’est pas vraiment du recyclage à proprement parler car la fibre n’est pas transformée à nouveau, mais cela permet d’éviter un gaspillage potentiel.

Les caractéristiques du coton recyclé

Le coton recyclé, à quoi ça ressemble ?

Le coton recyclé est connu pour être moins qualitatif que le coton standard, car il risque de boulocher au fil des lavages. Ceci est expliqué par la taille des fibres recyclées qui sont moins longues que les fibres d’origine suite à leur broyage. Pour parer à ce problème, l’industrie textile mélange souvent plusieurs types de fibre.

Les avantages du coton recyclé

Le coton recyclé pollue beaucoup moins que le coton conventionnel, même s’il dépense aussi un peu d’énergie. La culture du coton standard représente près d’un quart de l’utilisation totale des pesticides à travers le monde, contrairement au coton recyclé qui n’en utilise aucun.

De plus, contrairement à la culture de coton qui est difficilement faite en Europe à cause du climat, le recyclage peut lui être effectué en Europe, ce qui permet d’éviter des transports supplémentaires.

Les inconvénients du coton recyclé

Tous les vêtements ne sont pas recyclés, notamment lorsque les textiles d’origine sont déjà composés de coton et de fibres synthétiques (polyester, polyamide, élasthanne, acrylique…). Ces mélanges rendent difficile le recyclage car la qualité du vêtement ne sera pas au rendez-vous. 
De plus, même si le coton recyclé est moins polluant, il n’est pas totalement neutre pour l’environnement. 

Le coton recyclé est-il éco-friendly ?

Le coton recyclé est considéré comme éco-responsable car il permet de réduire la consommation d’eau et d’énergie mais n’est pas 100% neutre pour autant.
Bon à savoir
Pour avoir une consommation respectueuse de l’environnement, il faut acheter moins et surtout mieux, en privilégiant des matières recyclées, biologiques ou artificielles créées avec le moins possible de produits chimiques.